Cas clinique

Trier par spécialité

Encéphale Rachis Rocher ORL Orbite Massif facial Vasculaire

Trier par difficulté

Facile Moyen Difficile


Voir tous les cas cliniques


Cas clinique n° 255 par Victor Cuvinciuc

Renseignements cliniques

bilan de malaise chez une femme de 50 ans

Diagnostic!

Bilan de malaise chez une femme

de 50 ans.


Le scanner cérébral sans produit

de contraste montre la présence d’une masse homogène, hyperdense, dans le IVeme

ventricule ; on reconnait qu’il ne s’agit pas d’un rehaussement car les

structures vasculaires (tronc basilaire, sinus veineux duraux) ne sont pas

opacifiées ; cette hyperdensité marquée est liées aux calcifications.



L’IRM montre une lésion

poli-lobulée, d’aspect relativement homogène, en hypersignal T2, hyposignal T1,

avec rehaussement intense et relativement homogène. La séquence sagittale T1

avec gadolinium montre un contact avec le plancher du IVème ventricule (avec une

possible extension intra-axiale) ; aussi, l’aspect légèrement convexe du corps

calleux suggère une hydrocéphalie sus-tentorielle ; pas d’obstruction de

l’aqueduc de Sylvius.



Diagnostic

différentiel :



1.     méningiome intraventriculaire : aspect radiologique

similaire, mais lésion très rare (0,7% des méningiomes); souvent associé à la

neurofibromatose de type II



2.     carcinome du plexus choroïde : lésion agressive,

nécrotique, envahissement parenchymateux plus fréquent que pour la variante

bénigne (voir plus bas)



3.     papillome de plexus choroïde



4.     métastase du plexus choroïde : lésion plus

agressive, lésion primitive



5.     subépendymome : rehaussement variable, le plus

souvent absent ou peu marqué ; souvent il est rencontré chez des hommes âgés



6.     épendymome : prise de contraste plus hétérogène,

tumeur « plastique » qui présente une extension dans les foramens de Luschka,

plus fréquente chez les enfants



7.     médulloblastome : origine dans le plafond du IVème

ventricule



Diagnostic positif :



Papillome du plexus choroïde

(diagnostic anatomo-pathologique)



C’est un cas qui montre bien les

limites de l’imagerie cérébrale, car l’aspect de cette tumeur

intra-ventriculaire est peu typique, ouvrant une gamme de diagnostique

différentiel : le plus probable c’était le papillome du plexus choroïde, mais

l’aspect este également compatible avec un  méningiome intraventriculaire

(beaucoup plus rare, patiente sans d’histoire de NFII), voire un subépendymome

(rehaussement moins marqué d’habitude) ; beaucoup moins probable, une lésion

agressive, type carcinome du plexus choroïde, métastase ou épendymome, qui ont

un aspect plus hétérogène et une extension parenchymateuse.



Le papillome du plexus choroïde

est une lésion bénigne, hypervasculaire, souvent responsable d’une hydrocéphalie

par excès de production de liquide cérébro-spinal. Au scanner, on note une masse

poli lobulée intra-ventriculaire iso- ou hyperdense, avec des calcifications

dans environ 25% des cas, avec rehaussement intense et homogène ; à l’IRM, on

décrit un hypersignal T2, parfois avec aspect kystique (à cause du LCS trappé

entre les lobulations), en isosignal T 1, avec rehaussement intense et homogène.

Parfois on a des arguments pour le caractère hypervasculaire, avec la

visualisation d’images linéaires en hyposignal T2 (vide de flux) ou d’une

dilatation des artères choroïdiennes.



La résection chirurgicale

complète offre un pronostic excellent de survie (100% à 5 ans).



Bibliographie



Kelly K. Koeller

and Glenn D. Sandberg.
From the Archives of the AFIP:

Cerebral Intraventricular Neoplasms: Radiologic-Pathologic

Correlation
. Radiographics November 2002

22:1473-1505; doi:10.1148/rg.226025118












Annonce

Le système de cas clinique n'est plus mis à jour

Le système est toujours fonctionnel, si quelqu'un est intéressé pour le reprendre et mettre à jour régulièrement, merci de me le faire savoir via le formulaire de contact